Premiers mots tapés avec appréhension, ça y est je m'élance dans  le récit de mes propres expériences culinaires. Vaste projet.

Dans mon esprit règne un véritable feu d'artifice, mes sens sont obnubilés par une seule chose : Faire de la cuisine avec de bons produits.

Depuis lundi, une frénésie de la cuisine s'est installée dans mon quotidien, et je ne cesse de recopier des recettes de cuisine, de fouiner dans les livres culinaires de mes parents... J'ai même été faire un tour à la librairie Coiffard de la ville grise pour m'acheter un bouquin de cuisine, mais les seuls qui me plaisaient étaient trop cher pour ma bourse, malheureusement, trop légère. J'aimerais, sur le conseil de Lilo de Cuisine-Campagne, acquérir L'Amérique de Jamie, j'ai eu le temps de le feuilleter, et il m'a l'air complet et agréable.

J'ai finalement atterri dans le petit magasin bio tout en haut de la rue du Calvaire.

En vue de réaliser un cake à la pomme et à la Sucrine du Berry (d'après la recette de Lilo), je cherchais cette courge que je ne connaissais pas, et que je ne connais toujours pas d'ailleurs puisque je ne l'ai pas trouvée. J'ai donc acheté une Butternut (“beurre de noisette”). J'ai pensé, qu'étant de la même famille que la Sucrine du Berry  (Courges musquées ou Cucurbita Moschata), elle pourrait s'y prêter tout aussi bien. Je redoute juste qu'elle ne soit pas assez ferme et fonde à la cuisson du cake.

DSC_0230

La Butternut est une courge d'origine américaine qui se développe dans des milieux plutôt chauds. On lui prête deux origines (il existe deux types de Butternut : la Waltham et la Ponca) la première fut introduite commercialement en 1970 par Bob Young de Waltham dans le Massachusset, et la seconde est originaire de la tribu des Indiens de Ponca.

Elle se prête  à la purée, mais peut également être frite, sautée ou râpée, ses graines peuvent être grillées. Il est également possible d'en réaliser un flan, ou un cake. Les fruits peuvent parfois se conserver jusqu'à un an.

J'aime beaucoup la forme de ces courges qui dessine une bouteille d'une couleur jaune-orangé. Elles me semblent chaudes et douces, réconfortantes et idéales les jours de pluie.

Jeudi, après une heure et demi de conduite dans la campagne du Sellier sous les froids rayons du soleil, je n'avais qu'une envie, m'installer dans ma petite cuisine, seule, et tester ma première recette. C'était une matinée agréable. Les vignes toutes nues formaient des perspectives inattendues. Un bélier se dandinait sur le bord de la route et  la lumière crue d'une matinée d'automne caressait les formes élancées d'un cheval.

J'ai donc entamé cette recette de cake, la première expérience culinaire que j'inscris à ce journal.

J'ai beaucoup aimé travailler la Butternut, car mis à part le fait que j'en vend tous les samedis matins au Marché de Talensac, c'est une courge qui m'étais totalement inconnue. Je pourrais dorénavant conseiller mes clients sur la façon de la cuisiner.

Je m'attendais à un fruit difficile à couper, à éplucher, mais ce n'est pas plus compliqué qu'éplucher une pomme. Il faut se méfier de tous les préjugés qui sévissent sur les courges, ils sont faux la plupart du temps. C'est un fruit particulier, mal connu, et à tort!

DSC_0253

Quel plaisir de voir la pâte s'élever lentement, et prendre une couleur dorée.

DSC_0264J'ai beaucoup aimé sa croûte doré et croustillante. Elle enveloppe un cœur très moelleux, et contrairement à la plupart des autres cakes, la mie était fondante, pas d'étouffement prématuré. En revanche la pomme masquait trop l'arôme délicat et sucré de la Butternut, voilà pourquoi il vaut sans doute mieux prendre une Sucrine du Berry qui a plus de goût. Peut être faudrait il envisager de mettre moins de pomme et plus de Butternut qui donne cette consistance moelleuse, et une jolie couleur orangé au cake.

Les pommes (qui venaient de mon jardin, dans la maison secondaire de mes parents à la mer), étaient juteuses et fondaient dans la bouche.C'est ce qui m'a plu.

Note : Ironie du destin, que vois-je ce matin dans l'étalage de la marchande d'à côté ? Oh Sucrine du Berry, qui me nargue à 1m. Voyons le côté positif : j'ai adapté la recette avec de la Butternut!