En DSC_0194vue de toutes les pommes entreposées dans l'arrière cuisine, de cette denrée gratuite provenant du jardin, je me devais d'utiliser ces dernières à travers diverses recettes (dont nous avons déjà les prémices avec les trois cakes que j'ai réalisé ce mois dernier...).
J'ai donc trouvé cette recette de gelée de pomme sur le blog de Lilo.

C'était pour moi l'occasion d'utiliser la bassine à confiture achetée par mes parents à Villedieu-les-poêles, ville normande qui abrite le travail du cuivre depuis le Moyen-Age. Un atelier de fonderie nommé "Cornille-Havard" y a été installé en 1865, nous l'avons visité, et ça vaut le détour.

Faire de la confiture ou de la gelée a quelque chose d'apaisant, j'y attache un côté nostalgique : ces petits pots m'évoquent les vieilles maisons aux bois usés et fatigués qui font peur aux petites filles lorsqu'ils craquent la nuit, le carrelage écru qui entoure l'évier, les grands arbres dans le verger, la récolte des fruits à la fin de l'été.
J'ai toujours trouvé une confiture de grande surface moins bonne qu'une "faite-maison", non pas pour son mauvais goût, mais pour le blanc aseptisé du cadre qu'elle m'évoque.

J'ai donc conservé épluchures, trognons et pépins de pommes avec impatience durant deux semaines... Pour en retirer un jus concentré en pectine...


DSC_0225

Ce qui me plait dans cette recette, c'est la transformation de ce que l'on pourrait appeler "déchets" de la pomme en un produit raffiné, délicat, coloré et goûté.
Tout comme le compost est le produit de la décomposition des épluchures et autres, la gelée de pomme est le produit de la pectine contenue dans ses derniers.

DSC_0283

Il n'a pas été facile de la cuire, on ne peut pas donner de temps précis, la meilleure solution pour savoir si une gelée est arrivée à terme est de déposer un échantillon de la mixture sur une assiette que l'on penche légèrement, si cela glisse le long de la paroi, la gelée n'est pas cuite.

Je m'y suis donc reprise à deux fois, et le temps de cuisson a été assez long (je le compte en heures.), en revanche le résultat est absolument concluant : divin en accompagnement d'un riz au lait.

DSC_0026